Citation de la semaine

Mercredi 24 mars 3 24 /03 /Mars 21:32

"O, satanic inferno's denizen -- go!"

  Poe2.jpg

 

 

Suite de l’article précédent, et puisque les Français ne sont pas les seuls à avoir inventé des poèmes pour se souvenir des décimales du nombre Pi, voici ce qu’à écrit le poète et romancier Edgar Allan Poe :

 

Near a Raven :

 

        Midnights so dreary, tired and weary.
        Silently pondering volumes extolling all by-now obsolete lore.
        During my rather long nap - the weirdest tap!
        An ominous vibrating sound disturbing my chamber's antedoor.
        "This", I whispered quietly, "I ignore".
 
        Perfectly, the intellect remembers: the ghostly fires, a glittering
        ember.
        Inflamed by lightning's outbursts, windows cast penumbras upon this
        floor.
        Sorrowful, as one mistreated, unhappy thoughts I heeded:
        That inimitable lesson in elegance - Lenore -
        Is delighting, exciting...nevermore. 
        
        Ominously, curtains parted (my serenity outsmarted),
        And fear overcame my being - the fear of "forevermore".
        Fearful foreboding abided, selfish sentiment confided,
        As I said, "Methinks mysterious traveler knocks afore.
        A man is visiting, of age threescore." 
 
        Taking little time, briskly addressing something: "Sir," (robustly)
        "Tell what source originates clamorous noise afore?
        Disturbing sleep unkindly, is it you a-tapping, so slyly?
        Why, devil incarnate!--" Here completely unveiled I my antedoor--
        Just darkness, I ascertained - nothing more. 
 
While surrounded by darkness then, I persevered to clearly comprehend.
        I perceived the weirdest dream...of everlasting "nevermores".
        Quite, quite, quick nocturnal doubts fled - such relief! - as my
        intellect said,
        (Desiring, imagining still) that perchance the apparition was
        uttering a whispered "Lenore".
        This only, as evermore. 
 
        Silently, I reinforced, remaining anxious, quite scared, afraid,
        While intrusive tap did then come thrice - O, so stronger than
        sounded afore.
"Surely" (said silently) "it was the banging, clanging window lattice."
        Glancing out, I quaked, upset by horrors hereinbefore,
        Perceiving: a "nevermore". 
 
        Completely disturbed, I said, "Utter, please, what prevails ahead.
        Repose, relief, cessation, or but more dreary 'nevermores'?"
        The bird intruded thence - O, irritation ever since! -
Then sat on Pallas' pallid bust, watching me (I sat not, therefore),
        And stated "nevermores". 
 
Bemused by raven's dissonance, my soul exclaimed, "I seek intelligence;
        Explain thy purpose, or soon cease intoning forlorn 'nevermores'!"
        "Nevermores", winged corvus proclaimed - thusly was a raven named?
        Actually maintain a surname, upon Pluvious seashore?
        I heard an oppressive "nevermore". 
 
        My sentiments extremely pained, to perceive an utterance so plain,
        Most interested, mystified, a meaning I hoped for.
        "Surely," said the raven's watcher, "separate discourse is wiser.
        Therefore, liberation I'll obtain, retreating heretofore -
        Eliminating all the 'nevermores' ". 
 
Still, the detestable raven just remained, unmoving, on sculptured bust.
        Always saying "never" (by a red chamber's door).
        A poor, tender heartache maven - a sorrowful bird - a raven!
        O, I wished thoroughly, forthwith, that he'd fly heretofore.
        Still sitting, he recited "nevermores". 
 
        The raven's dirge induced alarm - "nevermore" quite wearisome.
        I meditated: "Might its utterances summarize of a calamity before?"
        O, a sadness was manifest - a sorrowful cry of unrest;
        "O," I thought sincerely, "it's a melancholy great - furthermore,
        Removing doubt, this explains 'nevermores' ".
 
Seizing just that moment to sit - closely, carefully, advancing beside it,
        Sinking down, intrigued, where velvet cushion lay afore.
        A creature, midnight-black, watched there - it studied my soul,
        unawares.
        Wherefore, explanations my insight entreated for.
        Silently, I pondered the "nevermores". 
 
        "Disentangle, nefarious bird! Disengage - I am disturbed!"
        Intently its eye burned, raising the cry within my core.
        "That delectable Lenore - whose velvet pillow this was, heretofore,
        Departed thence, unsettling my consciousness therefore.
        She's returning - that maiden - aye, nevermore."
 
Since, to me, that thought was madness, I renounced continuing sadness.
        Continuing on, I soundly, adamantly forswore:
"Wretch," (addressing blackbird only) "fly swiftly - emancipate me!"
        "Respite, respite, detestable raven - and discharge me, I implore!"
        A ghostly answer of: "nevermore". 
 
        " 'Tis a prophet? Wraith? Strange devil? Or the ultimate evil?"
        "Answer, tempter-sent creature!", I inquired, like before.
        "Forlorn, though firmly undaunted, with 'nevermores' quite
        indoctrinated,
        Is everything depressing, generating great sorrow evermore?
        I am subdued!", I then swore. 
 
        In answer, the raven turned - relentless distress it spurned.
        "Comfort, surcease, quiet, silence!" - pleaded I for.
        "Will my (abusive raven!) sorrows persist unabated?
        Nevermore Lenore respondeth?", adamantly I encored.
        The appeal was ignored. 
 
"O, satanic inferno's denizen -- go!", I said boldly, standing then.
        "Take henceforth loathsome "nevermores" - O, to an ugly Plutonian
        shore!
Let nary one expression, O bird, remain still here, replacing mirth.
        Promptly leave and retreat!", I resolutely swore.
        Blackbird's riposte: "nevermore". 
 
So he sitteth, observing always, perching ominously on these doorways.
        Squatting on the stony bust so untroubled, O therefore.
        Suffering stark raven's conversings, so I am condemned, subserving,
        To a nightmare cursed, containing miseries galore.
        Thus henceforth, I'll rise (from a darkness, a grave) -- nevermore! 
 
 

Alors oui, bon, les trois premiers mots ne correspondent pas aux décimales de π, mais ensuite, on trouve les 740 suivantes… Il ne vous reste plus qu’à compter !

Par les Colocousines - Publié dans : Citation de la semaine
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 20 mars 6 20 /03 /Mars 07:27
"Que j’aime à faire apprendre un nombre utile aux sages !"

 

 

pi.jpg


 

Les mathématiques et les lettres ne sont pas forcément opposées, et en voici un exemple !

 

Vous connaissez tous le nombre Π, ou Pi, que vous l’utilisiez régulièrement ou qu’il vous ramène  à vos souvenirs estudiantins. Rapidement, Π est une constante mathématique dont la valeur est égale au rapport entre la circonférence d’un cercle et son diamètre (le fameux Π=C/d ) ou au rapport entre la superficie d’un cercle et le carré de son rayon (et on trouve Π=A/r² ). On donne à Archimède la paternité de sa démonstration, dans son traité De la mesure du cercle.

 

Etant un nombre irrationnel, on ne peut écrire Π sous la forme d’une fraction, et son écriture décimale est infinie. On s’arrête en général à 3,141593 (ou 3,14 pour les moins courageux), mais certains sont allés bien plus loin :

Le 17 juin 2009, Andriy Slyusarchuk, un neurochirurgien et professeur ukrainien, a affirmé avoir mémorisé 30 millions de décimales de π, qui ont été imprimées en 20 volumes.

Et le record de mémorisation de π reconnu par le Guinness des records est de 67 890 chiffres, détenu par Lu Chao, un jeune diplômé chinois. Il lui a fallu 24 heures et 4 minutes pour réciter les 67 890 premières décimales de π sans erreur !

 

 

Voici (et c’est d’ici qu’est extraite la citation de la semaine) un poème pour retenir les premières décimales de Π : le nombre de lettres de chaque mots correspond à une décimale.

 

Que j’aime à faire apprendre un nombre utile aux sages !

Immortel Archimède, artiste, ingénieur,

Qui de ton jugement peut priser la valeur ?

Pour moi ton problème eut de pareils avantages.

 

Jadis, mystérieux, un problème bloquait

Tout l’admirable procédé, l’œuvre grandiose

Que Pythagore découvrit aux anciens Grecs.

Ô quadrature ! Vieux tourment du philosophe

 

Insoluble rondeur, trop longtemps vous avez

Défié Pythagore et ses imitateurs.

Comment intégrer l’espace plan circulaire ?

Former un triangle auquel il équivaudra ?

 

Nouvelle invention : Archimède inscrira

Dedans un hexagone ; appréciera son aire

Fonction du rayon. Pas trop ne s’y tiendra :

Dédoublera chaque élément antérieur ;

 

Toujours de l’orbe calculée approchera ;

Définira limite ; enfin, l’arc, le limiteur

De cet inquiétant cercle, ennemi trop rebelle

Professeur, enseignez son problème avec zèle

 

 

Pi est aussi présent dans la culture artistique moderne : je vous conseille le triller psychologique exaltant de Darren Aronofsky, qui porte le nom de Π, en toute simplicité.

Dans le domaine musical, on relèvera le titre Π, de Kate Bush, dont les paroles sont essentiellement des décimales de Π.

 

Ah, et la fête de Pi vient de passer, c’est 14 mars ! Ben oui, 14 mars, ça s’écrit aussi 3/14… Je compte sur vous pour ne pas la manquer l’année prochaine !

 

Par les Colocousines - Publié dans : Citation de la semaine
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Samedi 13 mars 6 13 /03 /Mars 21:31

" J'aimerais vivre moins haut, avoir l'altitude à zéro…"

 

 


Ferrat.jpg

 

 

 

Citation-hommage à Jean Ferrat, décédé ce samedi 13 mars 2010.

 

Il nous livre ici une définition du bonheur et de l’amour proche de celle d’Alexandre Jardin, où le simple n’est pas synonyme de médiocre et où le quotidien ne signifie pas ennui…

 

C’est Le Kilimandjaro :

 

Tu me dis souvent sans ambages
Que je travaille du chapeau
Que j'ai le front dans les nuages
Et du givre après mes carreaux

Tu me traites d'idéaliste
De poète de chat perché
Qui fait pas grand-chose en touriste
Qui se plaît pas sur le plancher

Tu dis que je suis égoïste
Que je veux que du cousu main
Qu'il faut être un peu réaliste
Aimer les trucs américains

Que la vie c'est du terre à terre
Qu'on peut pas être himalayen
Sept jours sur sept et qu'il s'avère
Qu'il faut savoir être moyen

Tu comprends pas c'est ça qu'est triste
Que j'aimerais vivre moins haut
Etre un amoureux plus simpliste
Avoir l'altitude à zéro

Je veux ton cul dans les nuages
Mais c'est pas pour baiser plus haut
Que les copains du voisinage
Je suis le Kilimandjaro


 

Jean Ferrat, parolier, musicien, et compositeur, chanteur engagé ou de charme, il a su allier dans ses chansons poésie et politique, révolte et tendresse…


 


Par les Colocousines - Publié dans : Citation de la semaine
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 18 février 4 18 /02 /Fév 16:41

"Dixitque Deus fiat lux et facta est lux !"




lumiere1.jpg

Belle phrase pour commencer une nouvelle catégorie de mon blog, je trouve... Je ne risque de surprendre personne en donnant l'origine de cette citation : la Bible.


Dans la Genèse, premier livre de la Bible de Jérusalem (1, 1-5) :

Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. Or la terre était vide et vague, les ténèbres couvraient l'abîme et un vent de Dieu agitait la surface des eaux.
Dieu dit : " Que la lumière soit " et la lumire fut. Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière et les ténèbres. Dieu appela la lumière " jour " et les ténèbres " nuit ". Il y eut un soir et il y eut un matin : premier jour.

   (Pour la suite de la semaine, je vous laisse ouvrir votre propre Bible..!)

 

En anglais : “ Let there be light: and there was light.

Si cette phrase est le titre de plusieurs livres, de morceaux de musique (de la Symphonie pour orgue n°2 de Frederik Magle à l’un des titres du groupe Justice, dans l’album Waters of Nazareth), ou encore le titre de films et d’épisodes télévisés (d’un épisode de Sex and the City à celui des Razmocket !), c’est aussi la phrase finale de la nouvelle de science-fiction The last Question d’Isaac Asimov ou une phrase clé d’un des romans de Star Trek !

 

Quoi qu’il en soit, c’est une phrase pleine d’espoir, qui en a inspiré plus d’un !

Par les Colocousines - Publié dans : Citation de la semaine
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Kaléidoscope

  • Coucher de soleil
  • Maki
  • Maki

Je cherche...

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus